Prototype
Notre réplique
Conservé 
Au Musée des "Arts et Métiers" à Paris
Nos prestations
Fiche technique du fardier de 1770
Dimensions
· Empattement : 3.076 m 
· Largeur roue motrice : 0.190 m 
· Voie arrière : 1.750 m 
· Longueur totale : 7.320 m 
· Largeur à la chaudière : 1.70 m 
· Largeur à l’essieu arrière : 2.20 m 
· Hauteur totale : 2.20 m 
· Garde au sol sous la chaudière : 0.47 m 
· Diamètre roue motrice : 1.23 m 
· Surface de chargement : 3.40 x 1.10 m 
· Diamètre chaudière : 1.34 m 
· Hauteur chaudière : 0.98 m 
· Diamètre du foyer : 1 m 
· Hauteur du foyer : 0.30 m 
Machine à vapeur
· Deux cylindres 
· Diamètre des pistons : 0.325 m 
· Course des pistons : 0.305 m 
· Hauteur piston : 45 mm 
Performances
· Puissance (charge ou traction) : 4 à 5 tonnes 
· Vitesse : 3.5 à 3.9 km/h 
· Temps de marche continu : 12 à 15 minutes
Explications par François MATHIAS,
Médiateur scientifique au CNAM

Information
Vous souhaitez voir le Fardier ?
03 29 89 90 61
Ou mairie :
03 29 89 81 29
ou
Page Contact
***********

    La photo montre que le fardier est un véhicule à trois roues. La propulsion est assurée par un moteur à deux pistons actionnant la roue avant. Ils sont alimentés avec de la vapeur d'eau sous pression produite par la chaudière à bois située à l'avant de l'ensemble. L'autonomie n'est que de 15 min. La cuve, très imposante et lourde, fait soulever l'arrière du fardier lorsqu'il n'est pas chargé. Elle tourne avec la roue avant, ce qui déséquilibre le véhicule dans les virages. L'angle de braquage est de 15° de chaque côté. Les schémas ci-dessous décrivent le fonctionnement du fardier.
     Dans un premier temps, l'un des deux cylindres est alimenté en vapeur sous pression et son piston se met à descendre. Par l'intermédiaire du balancier principal, le piston opposé se met alors à remonter et la vapeur de ce deuxième cylindre est évacuée.
Ensuite le cycle recommence. 
 
    Quand le piston descend, l'extrémité de sa tige fixée à une courte chaine, entraine un secteur circulaire -une portion- de la roue à rochet et pousse sur la roue, provoquant une force motrice ou "temps moteur".
A chaque recul du piston, il y a un "temps mort" ou "roue libre" qui permet au piston de remonter sans entrainer la roue du fardier en sens inverse, comme le pédalier d'un vélo. Chaque piston est équipé du même dispositif. La voiture peut ainsi avancer sans à-coups, sa roue motrice étant alternativement entrainée par le piston de droite puis par celui de gauche.
Il est possible d'inverser le sens de rotation de la roue en changeant la position du doigt orientable sur le ressort. Cugnot a intégré une marche arrière à son véhicule.

   Cugnot a inventé un système de transmission totalement nouveau. Il est le premier à avoir transformé le "mouvement linéaire alternatif" en "mouvement rotatif continu". Autrement dit, il a réussi à passer du simple va-et-vient des pistons à une roue qui tourne.
Visionner le fonctionnement